LES VRAIS COÛTS DU NUCLÉAIRE


LE NUCLÉAIRE
BON MARCHÉ ?


par Benjamin Dessus
président de Global Chance
in Atomes crochus : argent, pouvoir et nucléaire, Réseau Sortir du Nucléaire, juillet 2012

 

En révélant officiellement le véritable coût prévisionnel de l’électricité que produirait l’EPR, au regard duquel les énergies renouvelables arrivées à maturité deviennent concurrentielles, la Cour des comptes a remis en cause l’avenir de ce type de réacteur. La prolongation du parc actuel, désormais privilégiée par l’État français et la filière nucléaire, est aujourd’hui présentée comme l’option la moins coûteuse. Mais cet argument ne tient pas compte des mesures d’économies d’énergie envisageables pour un coût en moyenne inférieur...  

De plus, on se contenterait alors « de décaler de 20 ans les investissements indispensables de démantèlement et de remplacement du parc nucléaire par de nouveaux moyens de production quels qu’ils soient, et d’en reporter la charge à la génération qui nous suit. » Et l’on accepterait aussi, tout en s’exposant au risque d’un accident majeur, « de voir la France brutalement plongée dans la pénurie électrique, si malgré les travaux engagés sur le parc, le gouvernement [était] amené à retirer son autorisation d’exploiter à tout ou partie du parc après constat d’une défaillance ou d’un risque par l’Autorité de sûreté nucléaire. »


> Lire la suite
sur le site de Global Chance
avec d'autres documents sur le coûts du nucléaire :

• Les coûts des différentes filières de production et d’économie d’électricité, par Benjamin Dessus

• Choix énergétiques : un débat biaisé, par Benjamin Dessus, Pour La Science, avril 2012

• L'énergie et les présidentielles : décrypter rapports et scénarios, Global Chance, mars 2012